Dark Souls 2 – Scholar of the First Sin


Dark Souls 2, Prepare to Die again !

Introduction :

Suite de Dark Souls 1 que nous avions testé précédemment, cet opus ne déroge pas aux règles des Souls. Gameplay exigeant, level design impitoyable, boss dantesques, ambiance glauque à souhait, le tout dans un monde sombre, et avec pour seule compagne, j’ai nommé : la solitude.

La version testée ici est la Scholar of the First Sin édition, comprenant tous les DLC, sur Xbox One.

Genre : Action - RPG

Plateforme : Xbox 360 - PS3 - PC - Xbox One - PS4

Date de sortie : 03 avril 2015

Editeur : Bandai Namco

Développeur : From Software

Multijoueur : En réseau

Trailer de la sortie next-gen (Source : Bandai Namco Entertainment America)

Graphismes :

Comme d’habitude dans les Dark Souls, on ne peut pas dire que ce soit le point fort du jeu.

Pas énormément de choses à dire donc. En dehors du fait qu’on ne verra pas de dantesques chutes de FPS comme dans certains passages de Dark Souls premier du nom (coucou le Hameau du Crépuscule), on soulignera des niveaux plutôt soignés, un character design assez badass, ou encore des effets de particules plutôt bien gérés.

Pour la comparaison, on notera que cet opus est sorti la même année que des titres comme Alien Isolation, Watch Dogs, Far Cry 4 ou AC Unity.

Rien de bien folichon donc, même si l’ensemble reste sympa.

Bande Son :

De qualité égale à celle du premier opus, c’est à dire plutôt bien foutue dans sa globalité. Les sons sont de bonne qualité, et la musique reste discrète, tout en prenant de l’importance à certains moments-clés du jeu, comme lors des combats contre certains boss par exemple.

Dommage que je n’ai pas retrouvé les frissons que j’avais eu dans le premier, lors du combat contre le boss de fin, mais je crois que jamais une musique de chez From Software ne me fera encore ressentir ça un jour !

Gameplay :

Encore une fois, c’est cet élément qui est au centre du jeu. La signature d’un Souls se reconnait bien plus à son gameplay qu’à ses graphismes ou à sa bande-son.

Et n’en déplaise à certains, le gameplay de cet opus est peut être le mieux de la série, Dark Souls 3 compris. Remanié pour être moins lent et rigide (même si c’est pas encore un Devil May Cry hein), celui-ci offre plus de maniabilité au joueur dans les combats et les déplacement, et c’est franchement pas plus mal. Alors oui, pour les gros fadas de beat’em all où on dash dans tous les sens, c’est toujours pas ça. Beaucoup moins nerveux que le gameplay de Dark Souls 3 (qui lui se rapproche plus d’un Bloodborne pour le coup), son côté un peu « lent » fait partie de l’ADN de ce jeu, et contribue à le rendre punitif, sans pour autant donner l’impression au joueur de se déplacer comme un unijambiste avec un ongle incarné. M’voyez.

Pour ce qui est du level design, on reste dans le classique des Souls. C’est à dire : des endroits sombres, des pièges (dont certains bien plus vicieux que ceux du premier opus), et le classique schéma labyrinthique déjà présent dans Dark Souls 1. Comme d’habitude, vous êtes seul, sans carte, sans objectif précis, avec une multitude de chemins qui s’offrent à vous.

Autres détails au niveau du gameplay : On voit l’évolution du stuff disponible dans le jeu (que ce soit les armes, les armures, les items en tout genre etc), toujours la présence des fameux serments, la présence d’une sorte de « village » où se trouvent plusieurs PNJ et où l’on ira pour monter de niveau (fini le level-up à n’importe quel feu !), mais encore la possibilité de se téléporter entre les feux dès le début du jeu, de brûler certains items aus feux (avec des effets divers et variés) ou encore un nombre de PNJ invocables plus grand.

Pour finir, parlons baston et difficulté (parce que bon, ça représente quand même genre 95% du jeu). Comme à l’accoutumée, le titre est toujours assez exigeant. Si la difficulté des boss est plutôt équilibrée par rapport à Dark Souls 1, même si certains sont assez galère, je n’ai pas trouvé de différence flagrante par rapport aux boss précédemment découpés à Lordran. Les PNJ sont, je trouve, d’un niveau un poil plus relevé qu’auparavant, et je peux vous dire que certains d’entres eux (notamment dans les DLC, dans la Tour de Brume par exemple) vont littéralement vous ramoner le fondement, je vous le dis. En dehors de ça, on soulignera juste la présence de quelques bugs (de hitbox par exemple) inhérents à cette saga.

Tout ceci pris en compte, on peut dire que la difficulté est légèrement supérieure à celle du premier opus, ce qui ne devrait donc pas causer de soucis aux carcasses les plus aguerries !

Durée de vie :

Sans surprise, c’est quand même assez long.

Le jeu étant assez vaste et labyrinthique de base, si on veut en plus explorer tous les recoins, tenter plusieurs serments, faire du PvP et de la coop’, battre les boss optionnels, monter un ou plusieurs personnages avec un bon stuff, ben ça prend du temps.

En plus il y a 3 DLC qui sont assez corsés.

En plus on peut entamer des NG+ pour débloquer des nouveaux items (ou pour le fun).

En plus on crève souvent.

Bref, sans surprise, c’est quand même assez long.

Scénario :

Contrairement à Dark Souls 1, on vous présente un petit morceau du scénario au début du jeu, via une courte cinématique, puis via les premiers PNJ rencontrés, quelques instants après le début du jeu.

On sera du coup guidé (enfin guidé à la Dark Souls quoi, donc c’est pas ouf non plus) tout au long du jeu par les PNJ, qui compléteront ce que l’introduction du jeu nous a appris.

Même si certains seront donc assez déçus de ce parti pris d’en apprendre plus au joueur que dans le premier titre, on notera qu’il nous faudra quand même parler plusieurs fois aux PNJ, ou encore lire la description des objets pour approfondir notre connaissance du lore.

A New Darkness trailer. (Source : Bandai Namco Entertainment America)

Coups de coeur :

  • Le gameplay légèrement remanié
  • Des ambiances encore meilleures
  • La signature des Souls, le level design, la bande son, la difficulté...

Coups de gueule :

  • Toujours pas parfait techniquement

Intérêt :

Très bon... mais toujours pas accessible à tous, et toujours imparfait !

Très bon titre dans l’ensemble.

Le jeu est vaste, sombre, on retrouve les principales caractéristiques des Souls (level design, gameplay exigeant), et les DLC ajoutent vraiment du contenu.

Digne successeur du premier opus, même si certains puristes grimaceront devant le gameplay retravaillé (que je trouve personnellement assez cool), Dark Souls 2 reste une référence du genre. Inutile d’hésiter, si vous êtes clients du genre, foncez !

Champy Vous pouvez retrouver le site officiel du jeu ici.

Les avis des chroniqueurs sont personnels et (presque) objectifs. Tout commentaire inapproprié sera sanctionné.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *