Final Fantasy X


Final Fantasy X, l'opus coincé entre deux générations.

Introduction :

Final Fantasy X fait parti d'une saga qu'on ne présente plus, et qui traverse les âges. Cet opus vous met dans la peau de Tidus, jeune homme transporté dans le temps et l'espace par une terrifiante créature nommée Sin. Et comme d'habitude dans les Final Fantasy, au programme : quête épique, créatures fantasmagoriques, magie...
Sorti entre la trilogie épique de la PS1, et les nouveaux opus qui ont divisé les joueurs, est-il le dernier de sa génération?
Nous ferons d'ailleurs prochainement un édito sur la version Remaster HD.

... bordel j'ai rarement fait un paragraphe d'introduction si sérieux.

Genre : RPG

Plateforme : PS2

Date de sortie : 29 mai 2002

Editeur : Squaresoft

Développeur : Sony

Multijoueur : Non

Trailer PS2. (Source : PlayscopeTimeline)

Graphismes :

C'est beau.
Voila, tout simplement, c'est beau. Les paysages sont variés, le character design bien réalisé, les effets de très bonne facture, les cinématiques sont PUTAIN DE MAGNIFIQUES, et d'ailleurs extrêmement nombreuses. Franchement rien de plus à dire, comme d'habitude avec les FF, c'est hyper propre.
Petit mot en passant pour dire qu'on trouve dans le jeu un théâtre, où l'on peut rejouer toutes les musiques et cinématiques du jeu.

Bande Son :

Que dire... c'est parfait !
Comme d'habitude, que ce soit pour les musiques d'ambiance, de combat, ou le de sound design en général, on en prend plein la gueule (ou les oreilles plutôt). Tout est beau, tout est cohérent... avec une petite mention spéciale pour la musique de la scène d'introduction, ainsi que le thème principal du jeu, qui est tout simplement magnifique. On pourrait citer aussi le thème des priants, le classique thème de victoire (revisité pour le coup), et encore bien d'autres.
Notons que messieurs Kazushige Nojima et Nobuo Uematsu, qui ont bossé sur de nombreux opus de la série, sont à l'origine de la plupart des musiques de ce titre.
Du lourd donc.

Gameplay :

Plusieurs points sur lesquels discuter ici.

Tout d'abord le gameplay général du jeu. On se trouve donc dans un monde semi-ouvert, composé de plus ou moins grandes zones reliées les unes aux autres.

Pour ce qui est du combat, on nous propose ici un tour par tour classique, légèrement stratégique puisqu'un compteur présent à droite de l'écran vous indique qui va attaquer à quel moment. Compteur qui peut évidemment être modifié en cour de combat via diverses actions.
Mais la première grande particularité des combats de ce titre est le fait de pouvoir changer de personnage en cours de combat, votre équipe est composée de trois combattants actifs, et de quatre combattants en réserve.
Soulignons aussi le fait de pouvoir, via l'intermédiaire de Yuna, invoquer et contrôler les différentes chimères du jeu, ainsi que le fait que les limites des personnages (appelées Overdrive) sont plutôt diverses, s'obtiennent chacun de manière différentes, et ont des fonctionnement bien particuliers selon les personnages.

Ensuite (c'était long le premier paragraphe déjà non ?), le Sphérier : Tout nouveau principe d'évolution des personnages. Il prend forme un énorme système composé de cases reliées entre elles.
Les cases peuvent être de plusieurs natures : les stats (HP, MP etc), compétences (Magie Noire, Techniques etc) et les limitosphères (cases spéciales qui bloquent le passage à certains endroits).
Vous l'aurez compris, plus de level dans cet opus. L'expérience qu'on gagne nous permet, à chaque fois qu'on monte d'un niveau, de se déplacer d'une case dans le Sphérier. Une fois cela fait, on devra utiliser une sphère, obtenue généralement en fin de combat pour valider cette case. Les sphères sont de différentes natures, Agilité, Physique...
Enfin, on peut supprimer, et remplacer des cases par d'autres, afin de faire le build que l'on souhaite.
Et oui, en effet, une fois le sphérier rempli avec tous les personnages, on se retrouve avec une ultimate team de bourrins qui tapent tous à 99999.

Autre chose, le blitzball.
Dans beaucoup de Final Fantasy, on trouve des mini-jeux (Triple Triad, Gold Saucer etc), et bien ici, c'est le blitzball.
Alors késako ? C'est un sport de balle, mélange de foot, de water-polo et de hand, qui se joue sous l'eau (ouais faut être balèze en apnée). Plutôt innovant, ce mini-jeu nous permet de débloquer des objets pour l'histoire, et ce en gérant son équipe de A à Z, via le recrutement ou la composition d'équipe notamment.
On peut y accéder à ce mode via tous les points de sauvegarde. On remarquera aussi qu'un seul match est obligatoire dans le scénario, mais honnêtement, vu comment on devient vite addict, ça serait dommage de s'en passer.

Encore autre chose, le centre d'entrainement.
Vous y arriverez vers les 2/3 du jeu, et vous pourrez, à partir de ce moment, tenter de capturer tous les monstres croisés dans le jeu afin de débloquer des récompenses, et aussi, d'accéder à des combats d'une difficulté assez ahurissantes comparés à ceux de l'histoire.

Dernier point enfin, on aura ici la possibilité de personnaliser ses armes et armures en leur assignant des compétences (jusqu'à 4), et aussi ses Chimères, en leur apprenant de nouvelles capacités, ou en augmentant leurs stats.

Durée de vie :

Bordel, c'est long.
Entre le scénario plutôt long qui nécessitera parfois du level up si vous rushez trop, le blitzball, le centre d'entrainement, les Chimères cachées, les armes ultimes, le level up de vos persos (et de vos Chimères), le craft des armes et armures et j'en passe, on en a pour son argent !

Scénario :

Deux analyses s'imposent pour ce qui est du scénario.

Tout d'abord, ce qu'on voit en premier, l'histoire qu'on nous offre quand on découvre le jeu.
On incarne Tidus, un jeune homme transporté 1000 ans dans le futur, dans un monde où la plupart des gens sont retournés à une vie simple, sans machine (et donc sans péchés selon eux), et ce suite à sa rencontre avec une grosse bestiole nommée Sin. On rencontre par le suite Yuna aka. "la meuf qui peut invoquer des gros machins mais qui à un balai dans le fondement", que l'on accompagnera dans son rôle d'Invokeur, c'est à dire de celui qui est censé sauvé le monde en mettant une branlée à Sin. On assistera d'ailleurs parfois à des scènes bien niaises entre les deux protagonistes, qui déclencheront à coup sûr quelques facepalms chez n'importe quel joueur censé.
Je ne vais pas spoiler plus, car l'histoire cartonne pas mal et comprend un certain nombre de rebondissements.

Ensuite, l'aspect plus philosophique si j'ose dire.
On voit en effet ici que la problématique posée et celle du rapport de l'Homme à la Machine et aux religions. A méditer donc pour ceux que ça intéresse.

Trailer "Sauver Spira" - FFX Remaster HD (Source : Square Enix France)

Coups de coeur :

  • Que c'est vaste !
  • La musique et les graphismes
  • Le sphérier, le blitzball, le bestiaire...
  • Quasi parfait dans l'ensemble

Coups de gueule :

  • Des moment bieeen cucul !
  • Le tour par tour peut déplaire

Intérêt :

Très bon... et c'est tout !

Franchement, cet opus à la limite des deux générations des Final Fantasy touche, à mon humble avis, à la perfection, comme plusieurs de ces prédécesseurs. C'est d'ailleurs bien dommage que ce soit le dernier (sur console) de la série à atteindre un tel niveau.
Le monde semi-ouvert est vaste, riche de paysages et d'un bestiaire variés (Chimères, Boss ou mobs). Les quêtes secondaires sont nombreuses, les musiques sont une fois de plus enchanteresses, la fin (sans spoiler) est terriblement triste, les personnages sont dans l'ensemble attachants, le problème de fond qui est traité est lourd, et abordé de manière intéressante... non vraiment, c'est vraiment pour moi un des meilleurs opus, à faire sans hésiter, même aujourd'hui !
Le seul point faible est le tour par tour qui peut en déranger certains (mais pas moi), et quelques scènes un peu cucul à la rigueur, sinon, rien à redire !

Champy Vous pouvez retrouver le site officiel du jeu ici.

Les avis des chroniqueurs sont personnels et (presque) objectifs. Tout commentaire inapproprié sera sanctionné.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *