Lords of the Fallen


Lords of the Fallen, le Dark Souls version Viking

Introduction :

Ce titre vous met dans la peau de Ragn… euh Harkyn, autant pour moi (la ressemblance est frappante en même temps), une sorte de soldat déchu, sorti de prison à l’insu de son plein gré, car ce dernier est tellement badass que c’est probablement le seul à pouvoir péter la gueule aux Rhogars, genre de gros démons, eux aussi ultra badass.

Vous remarquerez d’ailleurs que j’emploierai « badass » bien trop souvent dans cet article, mais c’est assumé.

Genre : Action - RPG

Plateforme : PC - PS4 - XB1 - Android - IOS

Date de sortie : 31 Octobre 2014

Editeur : CI Games - Ubisoft

Développeur : CI Games - Deck13 Interactive

Multijoueur : Non

Trailer officiel. (Source : IGN)

Graphismes :

Sorti à peine quelques mois après Dark Souls 2, on aurait pu croire que ce titre, comme ceux de la firme nippones, ne tiendrait pas vraiment la comparaison avec les autres titres du genre sortis la même année… et non !

En effet, un des principaux (et aussi un des seuls) avantages par rapport à Dark Souls 2, se révèle être les graphismes. Sans autant être une révolution visuelle, ils sont plutôt de qualité. Le jeu est fluide, stable, et les effets de particules sont bien gérés. Le personnages (l’ensemble du bestiaire d’ailleurs), est bien réalisé, l’environnement aussi… Bref, plutôt un bon point pour cet aspect du jeu !

Bande Son :

Elle est plutôt de bonne facture.

Comme beaucoup de jeux de ce genre, la musique, peu présente dans l’ensemble du jeu, se révèle épique lors de certains moments (les boss notamment). Pour ce qui est du sound design dans sa globalité, il est de qualité aussi, que ce soit au niveau des bruitages de combat, cris, explosions, sur l’ambiance glauque de l’univers…

Gameplay :

A ce niveau, le titre empreinte énormément aux Souls : système de contre / backstab, roulade complètement pétée (et quasi obligatoire donc), boss plutôt énervés qui ont une fâcheuse tendance à nous one shot quand on ne connait pas leur pattern, système de feux de camp presque similaire (on y dépense de l’expérience, on récupère sa santé, mais les mobs ne respawn pas). On retrouve également un level design assez ressemblant, bien que le monde dans lequel on évolue soit moins vaste.

On pourrait donc se dire que c’est plutôt un bon point. Sauf que pas d’bol, c’est quand même plus cheap. Le build du perso est bien moins permissif, ainsi que les armes moins nombreuses, ce qui donne beaucoup moins de possibilités et de libertés dans la manière d’aborder son aventure, les magies sont au nombre de 4 par classe (12 en tout donc, lol) et sont mais genre TOTALEMENT INUTILES. Le gantelet quant à lui, qui fait frissonner le séant quand on le débloque, se révèle au final utile presque uniquement pour ouvrir des portes (gros fun dis donc), et les patterns de certains ennemis sont parfois un peu foireux. Pas un mauvais point donc, mais quand on a connu mieux avant, on relève forcément certaines erreurs.

La difficulté quant à elle, n’est clairement pas aussi relevée que dans un Souls, le titre reprenant pourtant un bon paquet de mécaniques ceux-ci. Rien que pour les boss, ma moyenne de try était en général d’une seule voire deux… pour observer son pattern, et tu arrives ensuite pour tout déglinguer. Et autant dire que la deuxième partie c’était à la limite du légal tellement certains boss deviennent ridicules

Durée de vie :

Pas assez longue à mon goût. Durant ma première partie, j’ai joué un assassin, classe la plus « dure » à jouer, et en faisant à peu près la moitié des quêtes secondaires (qui ne sont pas bien longues), j’ai terminé le jeu en 22h. Je l’ai refait une deuxième fois, histoire de voir si jouer une autre classe changeait vraiment le gameplay : 8h en allant tout droit et en découpant certains boss en moins d’une minute (38 secondes étant mon record). Pas le point fort du jeu donc pour un titre appartenant à ce genre, mais étant plus accessible qu’un Souls, les joueurs un peu plus casus y trouveront probablement leur compte.as

Scénario :

Comme dit dans l’intro, Ragnar (c’est moins perturbant pour moi de l’appeler comme ça) doit donc allez défourailler du Rhogar, parce qu’ils commencent à envahir le monde des humains, et ce à cause d’un grand méchant nommé Adyr. Voilà, c’est à peu près tout ce qu’on sait au début de l’aventure.

Et le soucis, c’est que le scénario est plus ou moins laissé en arrière, les devs ayant apparemment privilégier l’aspect action du titre. A part quelques classiques (trahison, développement rapide du passé du personnage, twist assez prévisibles etc), rien de bien surprenant de ce côté. Mais bon, en même temps, on est là pour casser du démon non ?

Trailer de gameplay E3 2014. (source : Gamespot).

Coups de coeur :

  • Le character design hyper badass
  • Le level design
  • L'ambiance

Coups de gueule :

  • Un peu court à mon gout
  • Pas assez difficile
  • Magie totalement inutile

Intérêt :

Bon... mais clairement pas un niveau d'un Souls

Quand Ubi se décide à sortir un Dark Souls like, on se doutait que graphiquement, ce serait un peu plus classe, mais aussi ouvert à un public plus large, et donc (presque) forcément moins complet et plus facile.

Il n’en reste pas moins que ce titre est plutôt intéressant, se fait plutôt bien (c’est assez rapide et pas trop galère quoi), et possède ses certaines caractéristiques qui lui sont propres, comme le character design ou l’ambiance, qui sont vraiment badass. A faire au moins une fois donc si vous aimez le genre, et si vous êtes prêt à fermer les yeux sur les certaines faiblesses du jeu, qui piquent les yeux quand on connait la série des Souls.

Champy Vous pouvez retrouver le site officiel du jeu ici.

Les avis des chroniqueurs sont personnels et (presque) objectifs. Tout commentaire inapproprié sera sanctionné.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *